Nouvelle

    Ville de Gand : simplifier la vie, une notion-clé pour la rénovation de petits immeubles à appartements.
    Ville de Gand : simplifier la vie, une notion-clé pour la rénovation de petits immeubles à appartements.

    Dans le cadre de BE REEL!, la Ville de Gand s’est engagée dans des projets de démonstration de rénovation approfondie d’appartements économes en énergie (C07). Il s’agit en l’occurrence de petits blocs rassemblant quelques 12 unités de logement. Les ambitions poursuivies ne sont pas des moindres : la ville envisage de rénover 600 à 1200 appartements et de les porter à un minimum de 70 kWh/m², voire même si possible à 30 kWh/m². La ville entend également assurer au moins 10 accompagnements de syndics et d’associations de copropriétaires par an et élaborer de nouvelles prescriptions offrant un soutien pour les appartements. Gand veut enfin établir un aperçu de bonnes pratiques et un script transmissible pour les syndics et les associations de copropriétaires.

    « Pour mener à bien un projet de rénovation de cette envergure, il convient de franchir de très nombreux obstacles. Une première étape cruciale consiste à intégrer les Associations de copropriétaires (ACP). Au début, des propriétaires d’appartements intéressés nous ont bien permis de mettre un pied dans la porte, mais quand il s’est agi à la fois de réunir et de convaincre une majorité de 2/3 de l’assemblée générale, ce fut une tout autre paire de manches », explique Louis De Geest, responsable de projet à la Ville de Gand. « Une assemblée générale ne se réunit qu’une fois par an, ce qui limite nos possibilités de mettre en place de véritables processus de rénovation avec une ACP au complet, d’où notre idée de réunions intermédiaires financées par la ville. Par ailleurs, il arrive que certains syndics tiennent des réunions ACP dans des lieux assez éloignés de l’immeuble à appartements concerné – ce qui s’explique notamment aussi par la taille réduite des immeubles concernés par notre projet à Gand. C’est parfois un obstacle supplémentaire. La ville peut aider à trouver un emplacement permettant de rapprocher le lieu de réunion et, dès lors, de convaincre de plus nombreux copropriétaires d’y assister. Nous sommes occupés à élaborer un manuel visant une meilleure implication des syndics. »

    Les conseillers de la Ville de Gand disposent d’un très bon bagage en termes de projets de rénovation, tant sur le plan de l’expertise technique que de l’expérience. Mais la faculté d’empathie et un certain flair commercial sont au moins aussi importants, au même titre que la perception de la dynamique sociale d’un bâtiment. « Nos conseillers doivent être à même d’identifier les « moteurs » d’un immeuble à appartements. Des personnes qui ont de l’intérêt, qui veulent prendre l’initiative et qui, dans le meilleur des cas, sont également à même d’éveiller l’intérêt d’autrui », indique Louis. « Et parfois, c’est en s’appuyant sur des choses relativement banales que l’on parvient à convaincre les gens de s’impliquer ». D’où notre volonté d’examiner si des gens sont plus susceptibles de réagir positivement à notre proposition si l’on intègre également, par exemple, le rafraîchissement du hall d’entrée. Supprimer des sources d’exaspération, souvent réduites mais présentes depuis des années parfois, peut constituer une solution ! »

    Pour offrir une assistance optimale aux conseillers, la Ville s’attache à améliorer ses outils de communication et les processus généraux du projet. « Simplifier la vie » est une notion-clé. Plus les conseillers pourront décharger les habitants, plus les chances de réussite seront élevées. Chaque obstacle est un obstacle de trop. C’est pourquoi, au cours des derniers mois (et aujourd’hui encore), les responsables de projet s’engagent fortement dans la standardisation d’avis et l’élaboration de fiches standard pour les conseillers. Leur faciliter le travail, c’est leur octroyer plus de temps à consacrer aux clients.

    « Nos avis sont délivrés par les experts de la centrale Énergie (Energiecentrale) de la Ville de Gand, le point-conseil gantois pour un habitat et une rénovation économes en énergie. Nos visites de domiciles ont continué à se tenir malgré la crise sanitaire, certes par voie numérique. Nos conseillers invitent les habitants à présenter leur appartement à l’aide de leur webcam sur leur ordinateur portable ou leur tablette. Et cela se passe bien, surtout lorsque les gens sont à l’aise avec l’environnement numérique. Pour les personnes qui y sont moins familiarisées, cela s’avère plus problématique. Il y a donc encore du pain sur la planche ! » conclut Louis De Geest.